Mistica | pagina de entrada Cyberothèque português
Español
english
Votre page précédente Présentation du projet | Communauté virtuelle | Applications pilotes | Clearinghouse | Evènements | Évaluations Votre page suivante

Maîtrise sociale des technologies de l'information et de la communication
Auteur:
Fondation Charles-Léopold Mayer
pour le progrès de l'Homme (FPH)
Date de publication:
Contenu
Pourquoi ce projet ?
Quels thèmes ?
Quelles méthodes de travail ?
Quel calendrier ?
Mots clef:
Localisation:
Cyberotheque > Thematique > fra_doc_ino.html
Documents connexes:
doc-coord,
doc-cv, doc-sam


Projet d'ouvrage collectif et international
et appel à des stratégies pour demain



Maîtrise sociale des technologies
de l'information et de la communication

décembre 1998



Sommaire

Pourquoi ce projet ?

Quels thèmes ?

Quelles méthodes de travail ?

Quel calendrier ?

Coordination du projet
Chantier "Sciences, techniques et sociétés"


Alain His ahis@fph.fr
Françoise Holtz-Bonneau -- fholtzbonneau@fph.fr
Fondation Charles-Léopold-Mayer
pour le progrès de l'Homme (FPH)
38, rue Saint-Sabin -- F 75011 PARIS
Tél. : + 33(0)1 43 14 75 75
Fax : + 33(0)1 43 14 75 99


Pourquoi ce projet ?

Sciences et techniques occupent une place de plus en plus importante dans nos sociétés. Le rôle et la valeur que nous leur attribuons contribuent à dessiner l'humanité à venir. Parmi ces techniques, celles de l'électronique, de l'informatique et des télécommunications constituent ce que l'usage courant actuel désigne sous l'appellation globale des (nouvelles) technologies de l'information et de la communication (N)TIC.

La Fondation Charles-Léopold Mayer pour le progrès de l'Homme (FPH), soucieuse de telles questions, lance un projet d'ouvrage, collectif et international, autour de la maîtrise de ces techniques. Celles-ci, qui ne sont plus vraiment "nouvelles", mais se différencient des mass-médias classiques de diffusion (presse écrite, radio, télévision), jouent pour aujourd'hui et pour demain un rôle très déterminant : il est banal de parler de la "société de l'information".

La plupart des activités humaines, de la vie quotidienne à la vie du travail, du niveau local au niveau planétaire, sont directement ou indirectement concernées et modifiées par les échanges d'informations et de données en tous genres que généralise le développement des technologies de l'information et de la communication.

À la fois signes, vecteurs et moteurs de la société de demain, au-delà de la fascination qu'elles peuvent exercer sur leurs usagers actuels, les TIC sont en mesure de devenir un moyen privilégié pour relever les défis d'une société en mutation.

Pour jouer ce rôle déterminant, elles doivent être considérées, malgré la complexité et le progrès technique qu'elles représentent, comme de simples outils au service des "gens". Des choix s'imposent afin que, individuellement ou dans des groupes aux structures les plus diverses, ils engagent des processus actifs au service des usagers, en fonction de leurs propres besoins d'information, de formation, d'activités en tous genres.

Ces technologies sont le plus souvent envisagées à travers leurs utilisations dans des domaines très divers : leur devenir est observé avec curiosité pour une anticipation du futur dont elles sont porteuses. L'objectif de ce dossier est de poser les questions d'une manière différente : quels sont les problèmes importants de notre époque pour lesquels les technologies de l'information et de la communication peuvent être ou devenir des outils aptes à construire une société d'hommes et de femmes responsables et solidaires, dans un monde durable.

Les questions de la finalité des techniques et des outils doivent être posées par les usagers, les citoyens, afin qu'ils déterminent eux-mêmes la valeur ajoutée (ou la valeur modifiée) que la vie sociale peut retirer d'un usage approprié des technologies de l'information.

L'appropriation maîtrisée des technologies de l'information et de la communication repose sur des modalités de relations actives entre les techniques et les personnes : maîtrise de moyens qui ne doivent pas s'imposer au seul niveau technique ni économique, mais dont les usages les plus pertinents sont à déterminer au sein des énergies sociales; apprentissage et conscience critique de ces moyens, dans leurs phases de production, de réception ou d'échange; approche transversale (scientifique, culturelle, professionnelle, géopolitique) des questions posées. À partir de ce point de vue par rapport aux TIC, il est possible d'envisager des modalités de débats, d'échanges, de relations participatives afin que les liens sociaux puissent être soutenus et développés à travers l'usage conscient, critique et maîtrisé de ces technologies.

Dans la perspective des travaux et actions qu'elle mène sur les relations entre le progrès technique et le développement humain, la Fondation Charles-Léopold Mayer pour le progrès de l'Homme propose de coordonner l'élaboration et la réalisation d'un ouvrage collectif et international sur le thème général de la maîtrise sociale des technologies de l'information et de la communication. En synergie avec ce projet de réflexion, de synthèse et de publication, la FPH fait appel, auprès des groupes les plus divers, à des propositions concrètes d’actions pour la maîtrise citoyenne des TIC.

Alain His,
Françoise Holtz-Bonneau,
coordonnateurs du projet.

Retour au sommaire Principal

 

Quels thèmes ?


Monde de la finance et de la monnaie

Les progrès rapides des technologies du traitement de l'information ont des incidences importantes sur les outils, les pratiques et le fonctionnement des systèmes monétaires et des institutions financières. Ce changement d'échelle dans la conduite des économies introduit des modalités nouvelles dans les moyens d'échanges, dans les pratiques de création de monnaie, dans la souveraineté des États et des organisations mondiales.

  • En quoi le développement des capacités de traitement et de transmission de l'information à travers les TIC peuvent-elles créer des situations monétaires et financières radicalement nouvelles ?

  • Le rôle de la monnaie n'est-il pas appelé à de profondes mutations dans le développement des sociétés ?

  • De nouveaux types d'échanges à l'aide de monnaies "parallèles" ne sont-ils pas en mesure de se développer ?

  • Quels sont les nouveaux intervenants dans le secteur de la finance nationale et internationale ?

  • Quels sont les implications de l'utilisation des TIC pour les individus ? Quels sont les attentes de ces derniers par rapport aux professionnels de la finance ?

  • Quelles sont les retombées de l'usage des TIC sur le commerce et l'industrie ? En quoi peuvent-elles contribuer à améliorer le fonctionnement de la société ?

Retour au sommaire 2: Quels Themes

Retour au sommaire principal

Gouvernance et renouveau de la démocratie

Les relations des citoyens avec les administrations publiques et les institutions, en milieu rural ou urbain, à l'échelle locale ou mondiale se trouvent modifiées par le développement des technologies de l'information et de la communication (TIC).

Des principes de participation active des citoyens à la vie de la Cité peuvent ainsi contribuer à engager un renouveau de la démocratie et à tracer de nouvelles voies de gouvernance -- ce terme étant entendu au sens de la capacité des sociétés humaines à se doter de représentants, d'institutions et autres divers processus sociaux afin de se gérer elles-mêmes dans une démarche volontaire.

  • Comment l'usage approprié des TIC peut-il permettre d'éviter la verticalisation des problèmes sociaux, telle que les collectivités locales ont tendance à la développer ?

  • Quelles valeurs ajoutées les technologies de l'information peuvent-elles apporter à travers les "réseaux citoyens", les fédérations de réseaux associatifs ?

  • Comment les services publics ou d'intérêt général peuvent-ils s'approprier les ressources spécifiques des TIC pour améliorer les relations entre les administrés et leurs administrations ?

  • Comment et à quelles conditions les citoyens sont-ils en mesure de maîtriser les TIC afin de mieux participer à la vie de leur village, de leur ville, de leur région?

  • De nouveaux modes de citoyenneté sont-ils en émergence à travers une maîtrise et une appropriation des TIC ?

  • L'usage de ces technologies peut-il contribuer à la construction de nouvelles structures politiques, à renforcer la construction de la paix, à renouveler la pratique de la démocratie?

Retour au sommaire 2: "Quels Themes"

Retour au sommaire principal


Formation pour tous

Les relations entre l'éducation et les technologies de l'information sont très fortement évoquées par les divers médias. L'objet de ce thème est d'aborder l'ensemble des formations, extra-scolaires et extra-universitaires classiques, qui peuvent trouver un nouvel essor grâce à la maîtrise des TIC. Le fossé que les TIC sont souvent accusées de creuser entre les secteurs socialement et géopolitiquement opposés pourrait se voir peu à peu comblé si le souci de la formation pour tous est envisagé, entre autres à travers les technologies de l'information. De nouveaux types de recherches devraient être menées pour que l'adéquation entre les besoins sociaux et les possibilités offertes par les TIC soit pertinente.

  • Comment l'alphabétisation et la lutte contre l'illettrisme peuvent-elles trouver des soutiens avec le développement de l'usage des TIC ?

  • Quels nouveaux champs de la formation pourraient trouver des réponses, et lesquelles, à travers un usage pertinent des technologies de l'information et de la communication ?

  • Quels types d'informations préalables sont nécessaires pour que de tels désirs de formation soient suscités dans les groupes sociaux peu touchés par la formation scolaire?

  • Comment poser les problèmes d'une manière économique, politique, psychologique et sociale pour que des formations alternatives soient développées ?

Retour au sommaire 2: "Quels Themes"

Retour au sommaire principal


Culture et communication

L'accès de tous à la culture, en particulier celui des minorités géographiques, sociales et culturelles, le respect et le développement des diversités culturelles, la communication entre les cultures, toutes ces préoccupations peuvent trouver à travers les technologies de l'information et de la communication de nouvelles réponses. D'autre part, de nouveaux modes d'expression et de création, révélés par une certaine appropriation des TIC, permettent à des artistes et à des groupes artistiques ou culturels d'échapper à la mondialisation réductrice de la culture.

  • L'accès de tous à la culture peut-il, et comment, être favorisé par le développement des technologies de l'information et de la communication ?

  • L'expression de minorités sociales, géographiques ou culturelles peut-elle être favorisée par le développement des TIC, et dans quelles conditions ?

  • Des liens interculturels vont-ils se tisser à travers un usage novateur des technologies de l'information et de la communication ?

  • L'expression sociale et culturelle à travers les TIC permet-elle l'émergence d'activités économiques parallèles au secteur marchand ?

  • Quelles innovations artistiques les créateurs (littéraires, graphistes, plasticiens, compositeurs) sont-ils en mesure de retirer des possibilités des nouveaux outils ?

  • De nouvelles modalités de la culture sont-elles en émergence ? Avec quelle valeur ajoutée qualitative ? Avec quels nouveaux acteurs ? Quels nouveaux publics ?

Retour au sommaire 2: "Quels Themes"

Retour au sommaire principal


Coopération Nord-Sud et développement durable

Loin d'élargir le fossé entre les pays du Nord et les pays du Sud, entre les pays industriellement développés et les pays aux économies "en émergence", les technologies de l'information et de la communication, si elles sont maîtrisées à la base par les groupes sociaux, économiques ou culturels eux-mêmes, peuvent devenir un levier de développement durable. Certes, le développement des pays du Sud dépend de données quantitatives, comme l’accès à des capitaux abondants. Mais une certaine généralisation des TIC eput permettre, d’une manière plus qualitative (circulation d’informations brutes, d’expériences, etc.), l’établissement de conditions politiques et sociales favorisant l’attribution d’aides financières au service du développement.

  • Quelles modalités de coopération entre le Nord et le Sud peuvent être mises en œuvre en s'appuyant sur les possibilités proposées par les TIC ?

  • Quels moyens politiques, sociaux et économiques développer afin que la mondialisation, y compris celle des technologies de l'information, n'accroisse pas le fossé entre les pays du Nord et les pays du Sud ?

  • Comment faire, pour que les TIC, à l'image de ce qui se passe en Amérique centrale et du Sud, assurent des relais de développement, social et économique ?

  • Comment la diffusion et l'appropriation des TIC peuvent-ils intervenir dans un développement durable des pays émergents ?

  • Comment l'appropriation des TIC dans les pays du Sud peut-il contribuer à un meilleur usage de ces moyens dans les pays plus développés ?

Retour au sommaire 2: "Quels Themes"

Retour au sommaire principal


Communication entre les personnes à travers les outils

L'usage étendu des technologies de l'électronique est fondamental dans l'évolution de la vie et de la pratique sociales. Ces technologies, loin d'être neutres, ont des incidences sur la structuration même des organisations humaines de toute nature. Elles sont ainsi une source de modification des activités, des comportements et des relations entre les personnes.

  • Dans les domaines de la communication et de l'information, quelles sont les caractéristiques des relations entre les hommes à travers les machines électroniques? Quels enseignements peut-on tirer des caractéristiques de ces interactions sur les capacités des outils à répondre aux attentes des usagers? Que peut-on attendre de l'évolution des outils?

  • Afin que les usagers s'approprient ces outils en fonction de leurs savoir-faire et de leurs usages, quelles diverses recommandations peut-on proposer en vue de leurs améliorations, ergonomiques, fonctionnelles et sociales?

  • Quelles sont les incidences de l'usage des outils sur la nature et la structure des contenus de l'information que les personnes vont s'échanger?

  • Avec ces outils, comment la communication entre les personnes et leur culture contribue-t-elle à la construction d'un monde plus humain?

Retour au sommaire 2: "Quels Themes"

Retour au sommaire principal


Quelles méthodes de travail ?

Un des objectifs du projet d'ouvrage collectif et international "Maîtrise sociale des technologies de l'information et de la communication" est de permettre, autour des thèmes proposés, une expression interculturelle, fondée sur des expériences vécues dans leur diversité géographique et sociale, le tout élaboré et édité en trois langues (français, anglais, espagnol). À partir de ces divers thèmes, il est par la même occasion proposé de susciter et de soutenir des stratégies d’intervention en ce sens.

Les différents partenaires adhèrent bénévolement au projet. Leur rôle est de servir de relais auprès des personnes physiques et morales qui leur semblent correspondre, en fonction de leur expérience et de leurs compétences, aux objectifs généraux de l'ouvrage en projet, à ses axes thématiques et à ses processus d'élaboration.

Les bases géographiques du partenariat envisagé sont actuellement tripôlaires (Amérique du Sud et caraïbe, Amérique du Nord, Europe). L'extension à d'autres zones, telles que l'Afrique ou l'Asie, est à la fois envisagée et souhaitée.

La fondation FPH assure une fonction de coordination entre les différents partenaires pour chacune des étapes du travail. Celles-ci ont initialement une valeur indicative et de cohérence : elles peuvent être aménagées, voire modifiées, en fonction des suggestions des divers partenaires.

Retour au sommaire Principal


Quel calendrier ?

Trois étapes sont proposées aux divers partenaires du projet

1. Premiers contacts avec les personnes intéressées par le projet.
Précisions dans la définition du projet et des thèmes.

Les personnes intéressées par les axes thématiques initiaux apportent leurs avis et compléments d'information ou de réflexion sur les thèmes proposés : des précisions, des développements et des modifications peuvent ainsi contribuer à la définition du projet et des divers thèmes précédemment proposés.

À l'issue de cette étape ( mars 1999),
- les personnes-relais ainsi que les personnes ou institutions qui vont coopérer avec elles sur un ou plusieurs thèmes sont nettement identifiées;
- les divers axes de développement des thèmes sont déterminés et répartis entre partenaires.


2. Elaboration et échanges de contributions

Chacun des partenaires, en concertation avec ses correspondants, produit des textes qui serviront de base à une double confrontation : thème par thème, puis d'une manière transversale (afin que l'équilibre de l'ensemble soit assuré). Cette phase comporte des échanges entre les auteurs ainsi que des réajustements d'ensemble, afin que les éléments rassemblés soient en mesure de constituer un ouvrage à publier.

À l'issue de cette étape (juin 1999), toutes les contributions sont rédigées d'une manière définitive.


3. Structuration finale des textes

La FPH assure la coordination de l'étape finale : les éléments du dossier sont structurés en diverses parties, en fonction des résultats de l'étape 2. La présentation d'ensemble du document (titres, sous-titres, intertitres, textes de présentation) est assurée par la coordination de la FPH. Le dossier est élaboré et édité en trois langues (français, anglais, espagnol), puis diffusé selon des modalités à envisager.

Étape finale (édition) : novembre 1999.

Durant cette période de réflexion et d’élaboration de l’ouvrage, l’équipe de coordination du projet sollicite, reçoit, examine et soutient des stratégies concrètes proposées, soit par des partenaires du projet éditorial, soit par d’autres personnes ou groupes concernés par de tels objectifs.

Paris, le mardi 22 décembre 1998.


Votre page précédente Haut de page Votre page suivante
Crédits | Plan du site | Courriel : <webmistica@funredes.org>
http://funredes.org/mistica/francais/cyberotheque/thematique/fra_doc_ino.html
Dernière modification : 16/12/1999