L'Association Réseaux et Développement (FUNREDES) termine officiellement ses activités.


De façon pratique, FUNREDES (http://funredes.org) n'a plus développé de projets depuis quelques années, alors que ses dirigeants se sont consacrés au thème de la diversité linguistique sur Internet (voir http://funredes.org/lc) où ils ont été très actifs en relation avec le Réseau mondial pour la diversité linguistique (http://maaya.org). De même, sur le sujet de l'alphabétisation informationnelle (voir cette présentation récente: http://funredes.org/presentation/ALFIN-UAPA.ppt).

 Le dernier projet réalisé par Funredes a été pour Haïti, en 2012, en rapport avec la situation post-séisme (http://cardicis3.org). Le dernier projet que FUNREDES a tenté de lancer, le projet SIDESCO, en 2013, visait à créer un master multilingue et pan-Caraïbes au sujet du "développement et la coopération dans la société de l'information" (http://funredes.org/presentation/SIDESCO -EN.ppt). Le projet le plus ambitieux de FUNREDES, qui a réussi à associer des institutions internationales et de la recherche prestigieuses, a été un projet de recherche sur la mesure de la diversité linguistique dans l'Internet (http://dilinet.org) en 2012-2014, mais il n'a pas réussi à obtenir la financement attendu de l'Union européenne, en dépit de deux tentatives avec un investissement de préparation très élevé.

FUNREDES a été un pionnier dans l'utilisation de l'Internet pour le développement, à partir de 1988, et a formulé et réalisé plus de 40 projets dans une longue histoire marquée par de nombreuses innovations conceptuelles.

Les projets les plus remarquables ont été:

- Dans la période 1988-1995, le projet REDALC (http://gopher.funredes.org/c/5/5.1/m32.html), qui pourrait être présenté en synthèse comme une tentative prématurée de réaliser ce qu'une décennie plus tard le projet CLARA a réalisé, avec une vision qui a anticipé l'évolution des réseaux. REDALC a été le bouillon de culture pour la création de trois réseaux nationaux (RCP du Pérou en 1991, REDID de la République Dominicaine en 1992 et REHRED d'Haïti en 1993); de l'un des premier logiciel d'interface pour les réseaux dans un PC (MULBRI); et l'un des premiers efforts systématiques d'alphabétisation numérique et informationnelle. Pour des références spécifiques rechercher à partir de  https://web.archive.org/web/20121115152925/http://funredes.org/ ou de http://gopher.funredes.org).

- Dans la période 1999-2007, le projet MISTICA (http://funredes.org/mistica) et son extension OLISTICA (http://funredes.org/olistica) qui a réuni, sous la forme d'une communauté virtuelle d'apprentissage, quelque 500 chercheurs et activistes de la société civile autour du thème de l'impact social de l'Internet, au sein de processus constructivistes de gestion des connaissances MISTICA reste encore une source largement consultée pour la richesse de ses contributions collectives (voir http://funredes.org/mistica/francais/cyberotheque/thematique/ et en particulier, le travail collectif emblématique
Travailler l’internet avec une vision sociale

- Depuis 1998 et toujours opérationnel et innovant, son observatoire des langues et des cultures dans l'Internet (http://funredes.org/lc).

FUNREDES a appliqué la recherche-action en tant qu'acteur avec une vision d'avant-garde sur plusieurs thèmes, pour ne citer que les principaux:

Une partie de l'histoire de FUNREDES a été documentée dans l'article (en espagnol)  Une partie de la préhistoire de l'Internet dans les Caraïbes: l'expérience de FUNREDES dans sa période initiale 1988-1995, présenté à HICAL, La Havane et SHIALC, Valparaiso. Au cours des années à venir, nous allons probablement écrire la seconde partie...

Il n'y a pas besoin de ressentir de la tristesse: la disparition d'une ONG fait partie du cycle naturel de naissance, adolescence, maturité, vieillesse et mort. FUNREDES a vécu pendant près de 30 ans, l'âge d'un chat :-), elle a marqué son temps avec certaines de ses actions de recherche et a participé à l'alphabétisation numérique d'un nombre important de personnes.

Cependant, la difficulté fatale à obtenir des fonds pour de nouveaux projets est également symptomatique, dans ce cas précis, du déclin de la thématique TIC pour le développement (déclin budgétaire qui conditionne les autres), et son remplacement par le thème de la gouvernance de l'Internet. Nous croyons que notre région a perdu beaucoup plus qu'elle n'a gagné dans ce changement de thématique et que quoique la neutralité du Net soit une question essentielle, la neutralité des fonds de coopération et de développement n'existe pas et la société civile n'a pas pris suffisamment la peine d'affronter les implications qui accompagnent ces changements dans l'agenda de la coopération internationale.

En conclusion, le merveilleux site Archive Internet conserve toute l'histoire ou presque du site de FUNREDES (http://web.archive.org/web/*/funredes.org), qui a commencé avec le Gopher (le Gopher est simulé au format Web à http://gopher.funredes.org). Ce site contient une partie de l'histoire des réseaux de la région et de nombreux autres bijoux.

 Nous avons des mois de tentatives infructueuses pour que quelqu'un puisse aider à migrer notre site web à partir d'un hébergement payant vers un serveur (le NAP de la Caraïbes à Saint-Domingue) prêt à garder cette histoire de manière solidaire. Il semblerait que ce ne soit pas aussi facile que prévu pour des raisons d'obsolescence des logiciels. Si cela n'a pas lieu dans les trois mois, avec beaucoup de douleur, nous devrons accepter que la destination de ce site est également de disparaître de la partie active du Web. 

Beaucoup des jeunes acteurs qui sont parvenus jusqu'à cette partie de ce long message ne connaissent probablement pas FUNREDES et ses contributions à l'histoire des réseaux. Nous les invitons à découvrir cette histoire, toujours utile, pour ne pas dire essentiel, parce que la construction est rarement faite au-dessus d'une terre vierge et que l'histoire fait souvent émerger des facteurs qui n'apparaissent pas évidents dans la vision du présent.